Je continue le cycle des Pastis.DSC00003 Aujourd'hui, il s'agit d'un qui m'est cher puisqu'il est originaire de Cahors et du Quercy qui sont devenus un peu ma deuxième maison et où je me suis uni à l'or de mon cœur.

C'est un gâteau de pâte étirée et pliée en feuilleté, façon strudel même si la comparaison s'arrête là.  Dans le Quercy on travaille la pâte traditionnelle à la graisse de canard ou d'oie comme en Gascogne d'ailleurs. Aujourd'hui c'est plutôt à l'huile pour un goût un peu plus neutre. La pâte est longuement étirée avec la paume des mains et déposée sur une grande nappe en coton. Ensuite, on garnit d'une préparation de pommes coupées en tranche et sautées au beurre, puis flambées à l'alcool local ou au rhum. On roule en forme de gros boudin et ce boudin est lui-même enroulé en forme de colimaçon ou plié en S. On arrose de beurre et de sucre puis cuisson au four et à la sortie, le tout est à nouveau arrosé d'un sirop alcoolisé (rhum, cognac ou armagnac).
C'est très bon mais la qualité de ceux que l'on trouve sur les marchés est assez inégale. Je prends le mien à la dame qui est située juste en face de l'entrée de la Cathédrale Saint-Étienne de Cahors. Elle fait les meilleurs...à mon goût.
A Cahors on en trouve de très bons dans les pâtisseries de la ville (voir boulevard Gambetta) mais je les trouve moins traditionnels, même si le beurre et le caramel ne gâchent rien à l'affaire. Ils sont juste un peu trop "pâtissiers".

Alors au détour d'une ballade dans le Quercy, profitez-en pour goûter le pastis quercynois accompagné d'un verre de côteaux du Quercy.

Suculus
DSC00004DSC00005IMGP1302